Le début des Lofoten

Nous passons donc le cercle polaire, et la météo bien maussade continue de nous accompagner. Heureusement, nous continuons à croiser régulièrement nos amis bretons, histoire de nous faire un peu oublier nos journées pluvieuses. C’est l’occasion pour les enfants de jouer ensemble, de faire des pompons, de jouer à la Switch et pour les parents, de refaire le monde autour de quelques verres. Nous sommes tellement désespérés qu’on en vient même à en faire un karaoké. De toute façon, il ne peut pas pleuvoir plus donc autant passer une soirée à chanter faux…

Nous décidons du coup de quitter le continent et de partir vers les îles Lofoten, en espérant que la météo soit meilleure sur les îles. En roulant, nous avions vu que nous allions arriver au port à quelques minutes près du prochain ferry. Nous avions entendu plein de gens avoir des difficultés à trouver une place sur le ferry sans réservation. C’est donc totalement à l’improviste que nous arrivons au port, et quelques minutes après, à notre grande stupéfaction, hop, nous embarquons pour les Lofoten, et plus précisément, l’île de Vaeroy. Cette île n’est pas trop visitée par les touristes, et du coup, il n’y a quasiment personne ici et le côté sauvage de cette toute petite île nous emballe dès le début. Comme il n’y a pas de ferrys journaliers ici, nous savons dès le début que nous allons y passer 3 jours, et du coup, nous espérons beaucoup que cette île tiendra ses promesses et que la météo s’améliorera très rapidement.

Et la magie a directement opéré. Malgré encore quelques nuages, nous faisons le tour de l’île avec Rhino pour nous rendre sur notre premier bivouac. Nous passons des plages de sable blancs, baignées par des eaux cristallines. Difficile de croire que nous sommes bien en Norvège. Nous arrivons au bout de la route de l’île, au pied des pics montagneux. Nous tombons immédiatement sous le charme et on croise les doigts pour que la météo s’améliore rapidement. Le lendemain, on part sur notre première randonnée. Nous voulons gravir un sommet mais la météo change en cours de route et une petite brume rend les pierres bien trop glissantes. Cette petite pluie nous empêchera de franchir les 100 derniers mètres qui nous sépare de notre but et nous déciderons par sécurité de rebrousser chemin, dommage. Nous continuons du coup notre marche, mais le long des côtes cette fois-ci, sur un sentier bien moins escarpé et donc nettement moins dangereux. La pluie s’installe, ce qui nous permet de passer le reste de la journée à faire des jeux de société, de la pâtisserie et d’être tous tranquilles dans Rhino.

Le lendemain, nous nous réveillons avec un grand soleil. Quel bonheur ! Nous partons du coup sur la plus grande randonnée que nous avions prévue ici. La vue depuis le sommet est majestueuse. Nous passons beaucoup de temps à se délecter de ce paysage grandiose et à pic-niquer avec une vue de « ouf ». Les reliefs et les couleurs sont juste incroyables. Cela faisait bien longtemps que nous n’avions pas eu un paysage pareil, et ceci, sans personne autour de nous. On prolonge la balade en marchant partout où nous pouvons afin d’observer cette île sous toutes ses coutures. Nous comprenons mieux pourquoi Vaeroy est considérée comme la perle des Lofoten, ce qui est largement mérité. Un vrai coup de cœur pour nous tous. Le soir, nous nous posons sur une ancienne piste d’atterrissage pour observer comme il se doit le soleil de minuit.

Le lendemain, on profite de faire encore quelques petites balades au phare, agrémenté de géocaches, et il est déjà temps pour nous de reprendre le ferry pour nous rendre dans la partie plus connue des Lofoten. Dès le début, nous déambulons dans ces petits villages de pêcheurs aux maisons en bois rouge. En arrière fond, il y a toujours des pics montagneux, et en plus, le soleil est encore parmi nous. Nous comprenons pourquoi les Lofoten sont si connues car il faut l’avouer, c’est très beau. Nous prenons notre temps, nous lézardons à boire un café en terrasse accompagné de Kanelsnurr. Il n’y a pas à dire, l’ambiance est bien différente quand le soleil est présent.

Et dans les Lofoten, nous aurons été très chanceux côté météo. A chaque fois que nous avions des marches de prévues, le soleil nous accompagnait. Nous avions parfois beaucoup de vent, au point de devoir nous asseoir par mesure de sécurité. Nous gravissons plus de 1600 marches pour admirer un super point de vue sur Reine. Mika devra abdiquer à mi-parcours tellement c’est vertigineux. Mais qu’est-ce que la vue est incroyable en haut!

Nous partirons aussi voir la plage de Kavlvika depuis un rocher. Certains passages de ces randonnées sont parfois un peu sport, mais quel bonheur une fois arrivé en haut ! Les paysages sont toujours autant incroyables et heureusement pour nous, le soleil continue d’être de la partie à chaque fois que nous prévoyons une marche. Nous irons aussi nous prélasser sur une plage tellement turquoise que nous avons de la peine à croire que nous sommes en Norvège. Bon, il suffit d’y tremper un orteil pour vite comprendre que oui, nous sommes bien au nord du cercle polaire !

Nous vous raconterons le nord des Lofoten, l’île de Senja et la fin de notre mois en Norvège dans notre prochain article !

2 commentaires sur « Le début des Lofoten »

  1. Quand on voyage dans de telles contrées, le soleil est vraiment le meilleur guide malgré la température …il rend ces paysages incroyables…quelles couleurs…bravo au photographe..

    Aimé par 1 personne

Répondre à Eliane Stoller Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :