Mais le chocolat, il vient d’où?

Coucou les copains!

Eh voilà, comme on vous l’avait dit la dernière fois, nous sommes enfin allés visiter une plantation de cacao. C’était trop génial, on a adoré.

Les fèves poussent sur des arbres, les cacaoyer (ou aussi cacaotier si vous préférez), que l’on trouve seulement dans des régions tropicales, où il fait chaud et humide, autour de l’Equateur. Nous allons dès lors probablement en retrouver tout le long de notre voyage en Amérique centrale. Dans cette plantation, nous avons vu la sorte de cacaoyer Trinitario. En une année, chaque arbre peut produire environ 150 cabosses par année, soit 6 kilos de cacao.

D’abord, on a dû taper deux cabosses de cacao entre elles. Il y en a une qui était creuse. Après un moment, l’autre cabosse s’est cassée en deux, et on a pu découvrir l’intérieur d’une cabosse. Il y avait plein de fèves de cacao avec encore la chair blanche, qui était toute gluante, et que l’on appelle le mucilage. On a goûté la chair qui était super sucrée, c’était trop bon. Par contre, on a essayé de croquer dans la fève et là, c’était nettement moins bon car c’était super amer. Ensuite, on s’est baladé dans la plantation, en découvrant plein d’arbres et de plantes différentes qui peuvent servir à la fabrication du chocolat, comme l’arbre à cannelle ou encore de la vanille ou même des piments. Il y avait aussi plein de fleurs tropicales trop belles.

Par contre, il y avait plein de moustiques, mais on a enfin trouvé une utilité à ses insectes qui nous embêtent : les moustiques servent à fertiliser la fleur de cacaotier. Ce qui veut dire que si on veut du chocolat, il faut des moustiques. Depuis, on les voit du coup un peu différemment…

Notre guide est ensuite allée chercher des fèves qui avaient été fermentées et séchées au soleil. On s’est amusé à enlever la coque, pour avoir que la fève à la fin. Ces fèves, on les a mélangées à du sucre et de la cannelle, avant de les passer dans un moulin. On a ainsi obtenu de la poudre de cacao que l’on a pu garder avec nous et que nous avons mélangé à du lait pour nous faire un super bon cacao chaud.

Sur place, il y avait aussi une fabrique de chocolat mais les employés avaient déjà fini de travailler du coup, on n’a pas pu la voir fonctionner. Mais on avait déjà visité l’usine de Camille Bloch et celle de Cailler en Suisse, du coup, on savait un peu comment ça fonctionnait. Et maman a aussi pu nous expliquer vu qu’il paraît qu’elle avait dû étudier tout ce processus de fabrication il y a quelques années…

Il y avait aussi une vitrine avec des plaques de chocolat du monde entier. Et du coup, on a repéré plusieurs plaques de chez nous, dont certaines fabriquées à une dizaine de kilomètres de notre maison. C’était trop drôle !

A la fin de la visite, ce qui était le mieux, c’est qu’on a pu faire une dégustation de chocolat. Bon, avec le chaud, on n’a pas pu acheter trop de plaques car sinon elles auraient trop vite fondu. Mais en tout cas, c’était une super chouette visite et on a adoré passer ce moment dans la plantation de cacao. On a juste pas pu dormir dans la plantation, car il y avait trop de moustiques partout et ils annonçaient pas mal de pluie, donc du coup, on a préféré aller dormir sur un parking avec du revêtement en dur. Dommage, car il paraît qu’il y a plein de singes hurleurs durant la nuit.

Mais au fait, vous savez que le chocolat, ce ne sont pas les Suisses qui l’ont découvert mais bien les Aztèques et les Mayas? Il était alors réservé qu’à une toute petite partie de l’élite, qui le consommait avec de l’eau, le « Tchocoatl ». Ils y ajoutaient de la vanille, du piment ou d’autres épices, et il était sucré au miel. Ils buvaient ça essentiellement durant des cérémonies religieuses. Quand les espagnols sont arrivés ici et qu’ils ont découvert cette boisson, elle était si tiède et amère que la plupart ne l’aimaient pas. C’est grâce aux moines Espagnols qui ont remplacé le miel par du sucre de canne et le piment par la cannelle que la boisson fut appréciée et répandue.

Donc voilà, merci aux moustiques, merci aux Mayas et aux Astèques et également aux moines Espagnols, car grâce à vous tous, le chocolat est l’aliment préféré dans notre pays, avec une consommation de plus de 10 kilos par habitant par année! Allez, on vous laisse car nous, on va manger un petit carré de chocolat!

3 commentaires sur « Mais le chocolat, il vient d’où? »

  1. Magnifique reportage…à votre retour,faudra visiter le Musée Lindt,à côté de Zurich.. nous venons de le visiter avec nos Péruviens qui vous attendent pour vous faire découvrir le cacao péruvien….bonne suite de voyage..

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :