C’est aussi ça de voyager avec Rhino…

Voyager avec un camping car, c’est beaucoup de gros avantages, spécialement quand on a des enfants. Nous avons sous la main nos dodos, on peut cuisiner ce qui nous fait plaisir, s’arrêter où et quand on a envie, on se déplace à notre rythme partout où nous le souhaitons (ou presque…), et on a la chance de se sentir comme à la maison vu que nous avons nos affaires partout avec nous. Nous adorons nous réveiller chaque matin dans un décor différent et de profiter du « luxe » de notre maison sur roues.

Il est clair que c’est une toute autre façon de voyager qu’en sac à dos, et les deux nous plaisent, mais pour des raisons différentes. Chaque type de voyage a ses avantages et ses inconvénients. Et il est clair pour nous, Rhino est le meilleur compagnon de route pour nous actuellement, notamment parce que nous avons des enfants en bas âge.

Mais voyager avec un véhicule, c’est aussi une autre logistique. Chaque soir, il faut trouver un endroit, plat si possible, où l’on peut passer la nuit (ce qui n’est pas toujours facile en Europe). Il faut aussi toujours s’assurer de vider les eaux, qu’elles soient grises ou noires, et refaire le plein d’eau propre.

Cela paraît simple et évident sur le papier, mais dans la réalité, ce n’est pas toujours chose facile, surtout en période hivernale.

Il y a aussi les aspects plus techniques et mécaniques, comme vérifier régulièrement la pression des pneus et changer les filtres quand il le faut.

Et il y a parfois d’autres petits ennuis, ce qui nous est arrivé il y a peu… D’un moment à l’autre, nous n’avions plus beaucoup de pression à nos robinets. Nous avions changé la pompe avant de partir et du coup, nous savions que nous avions peu de chances que celle-ci soit en bout de course. La pompe étant sous le grand compartiment sous les sièges, et nous avons donc commencé par tout vider pour pouvoir accéder à la pompe. Comme c’est un grand espace de rangement, je vous laisse imaginer le bazar que c’était, spécialement quand il fait froid et que nous sommes tous dedans. Nous avions peur d’une fuite car la pompe se trouve juste à côté de notre système de chauffage. Du coup, qui dit grosse fuite d’eau, dit risque d’avoir une pompe ET un chauffage à changer. Mais en accédant à l’espace de la pompe, ouf, il n’y avait pas de fuite!

Nous avons ensuite nettoyé le filtre qui était un peu sale mais sans plus. On essaie à nouveau, pas d’amélioration. On regarde Internet pour trouver d’éventuelles causes (et on apprend du coup plein de choses….). On essaie plusieurs choses, mais rien n’y fait. Il est déjà tard, du coup, on se dit qu’on attaquera ça le lendemain, vu qu’il n’y a pas de grande urgence, étant donné qu’il n’y a pas de fuite et que nous avons toujours de l’eau.

Le lendemain, il nous fallait tout d’abord trouver un endroit où vidanger notre cuve d’eau fraîche, car nous allions démonter entièrement notre pompe. Ensuite, il fallait trouver un camping où se poser pour pouvoir faire le tout tranquillement. Et en Islande, en cette période de l’année, ce n’est pas chose facile de trouver un camping qui est ouvert et qui en plus a de l’eau pour pouvoir remplir à nouveau Rhino. Heureusement pour nous, il y en avait un pas trop loin. En plus, nous avons eu de la chance car il avait une place de jeux, ce qui est une denrée rare dans les campings ici. Et cerise sur le gâteau: il y a une machine à laver et une sécheuse!

Une fois arrivé, on envoie les loulous s’éclater à la tyrolienne, on lance une machine de linge sale et hop, on s’y met… On démonte, on lave, on essaie de comprendre. Mais rien ne change. On fait des Skypes avec l’autre Mika, celui qui avait Rhino avant et qui le connaît du coup par coeur. Il nous donne de super conseils et cherche de son côté ce qui pourrait coincer. Encore un énorme MERCI à lui pour toute son aide, son support, ses recherches sur Internet et d’avoir moins dormi cette nuit-là pour nous aider du maximum qu’il le pouvait depuis la Suisse.

Il commence à être tard, les loulous mangent rapidement un petit Skyr, regardent deux épisodes de « C’est pas Sorcier » et hop au lit. Finalement, après 6 heures de boulot, on trouve le problème: Rhino faisait des calculs rénaux!!! Il avait deux minuscules cailloux coincés dans le coude du filtre. On les enlève, on remet de l’eau dans le réservoir et on essaye à nouveau, en croisant très très forts les doigts. Et youpiiiiiiiie, ça refonctionne normalement!!!! Nous sommes super soulagés, heureux et fiers de nous, car comme vous le savez, nous ne sommes pas du tout manuels et du coup, c’est une première belle victoire pour nous.

Pour la petite anecdote, dans ces moments, c’est aussi savoir être créatifs. Nous n’avions pas de cure-pipes ou autre accessoire pour pouvoir nettoyer l’intérieur des tuyaux afin de s’assurer que ces derniers étaient bien propres. Du coup, Annick a pris une serviettes hygiénique qu’elle a enroulé autour d’un Colson, et hop, le tour était joué! Les tuyaux étaient bien nickels…

Nous finissons à 22 heures, bien fatigués, et nous n’avons pas encore mangé mais peu importe, le problème est résolu! Nous prenons quand même le temps de nous faire un petit apéro pour évacuer la pression de ces derniers jours, et on se fait un bon petit risotto avec un gros dodo bien mérité…

Bon, entre le temps où l’on a écrit cet article et le moment où nous avons enfin eu un réseau Internet suffisamment bon pour pouvoir le publier, il nous est arrivé un autre petit pépin. Les routes islandaises ont eu raison de nos pneus… En Islande, on ne peut jamais être sûrs des routes goudronnées. D’un moment à l’autre, pouf, une belle route se transforme, sans préavis, en route bien caillouteuse. Et ce qui devait arriver arriva: un caillou s’est coincé entre nos roues jumelées et a fait un trou dans nos pneus. Il faut savoir que les Islandais peuvent changer jusqu’à 6 pneus dans un même mois vu leurs routes. Du coup, on s’en sort pas trop mal…

Par chance, cela nous est arrivé dans un endroit relativement fréquenté. Nous nous sommes donc mis à plat vers une pompe à essence. Peu de temps après avoir commencé à démonter nos roues, un jeune qui habitait dans la maison d’à côté est venu nous aider. Le garçon n’avait que 15 ans est nous a aidé comme un chef. Il a appris à changer des roues à 12 ans, autant vous dire qu’on ne faisait pas les malins! Nous avons ensuite eu de l’aide d’un suisse-allemand que l’on avait déjà rencontré à deux occasions en Islande. Et pour finir, le papa du garçon est aussi venu nous prêter mains fortes. Un énorme MERCI à eux tous pour leur aide qui nous a été si précieuse. Il nous aura fallu en tout 3 heures pour tout changer.

Les loulous étaient ravis de pouvoir regarder pendant ce temps deux dessins animés au chaud, en attendant avec beaucoup de patience et de compréhension que nous fassions le gâteau d’anniversaire d’Anaïs. Car oui, nous nous souviendrons encore longtemps des 6 ans de notre super aventurière…

Par chance, nous étions aussi qu’à quelques kilomètres d’une « grande » ville et du coup, nous avons pu sans autre faire changer les pneus défectueux le lendemain matin. On peut donc repartir tout frais tout neuf pour quelques kilomètres encore sur les routes chaotiques d’Islande. Tout est bien qui finit bien. Il faut dès lors absolument que l’on publie rapidement cet article avant qu’il ne nous arrive de nouvelles mésaventures!

Un avis sur « C’est aussi ça de voyager avec Rhino… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :